Catégories
les lAmpperwAres

bienvenue

A chaque fois que tu vas chez Ikéa, ça ne loupe pas. Tu te retrouves dans le rayon des luminaires et tu te dis que ça serait quand même mieux que toutes les ampoules à nu qui traînent dans la maison. Tu te rapproches, tu regardes les luminaires, tu vois les prix, et assez rapidement tu décoches un expéditif et prétentieux « ouais ben franchement, on peut fabriquer le truc soi-même, y zégagèrent quand même les suédois et les chinois ». Tu rentres chez toi sans luminaire et tu passes à autre chose.

Jusqu’à ce qu’un jour, va savoir pourquoi – sans doute une overdose d’ampoules à nu – tu avises un bocal genre « le Parfait ». Ton sang ne fait qu’un tour, tu l’ouvres, et tu le déposes habilement sur une des ampoules à nu, en l’occurrence celle des toilettes.

Un peu plus tard, c’est en croisant un seau de plage et son tamis que tu te dis mais ma foi pourquoi pas, ça ferait une jolie lumière, tous ces petits carrés… C’est un peu plus compliqué que le coup précédent (lequel était quand même un sacré tour de passe-passe de grosse feignasse), mais voilà : tu viens de fabriquer ton premier luminaire à partir de déchets en plastique, tu aimes bien le résultat, tu ne sais pas encore que ça va devenir grave.

Du seau en plastique au vieux thermos, tu franchis allègrement la frontière et avec l’élan tu te dis « bon sang mais c’est bien sûr, tupperwares ! ». A partir de là, ça ne s’arrête plus : Emmaüs, Emmaüs, placards de maman, Emmaüs again, stockage, stockage, stockage. Un voisin de marché particulièrement avisé vient un jour à s’exclamer « mais ce sont des lampperwares ! ». Tu adoptes illico cette merveille d’appellation, avec son autorisation.

Ce qui est remarquable et parfois assez bouleversant, c’est de voir les émotions et les arrêts sur image que provoque régulièrement la vue du tupperware dans lequel grand-mère, maman, tati ou qui sais-je encore (c’est rarement pépé, il faut le préciser), mettait le sucre, la farine, les gâteaux ou que sais-je encore. Et ça, j’étais loin de l’imaginer au début de cette aventure.